Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/04/2010

Fraudes aux prestations sociales: je suis favorable à des contrôles accrus

La publication du rapport de la Caisse nationale d’allocations familiales n’a pas laissé le Conseiller Général du Second Canton de Nîmes indifférent.

On se souvient qu’au mois d’octobre dernier, il s’était élevé avec force contre les élus communistes de la majorité départementale qui avaient refusé de voter les poursuites judiciaires permettant à la collectivité de réclamer les allocations indûment versées aux fraudeurs.

Aujourd’hui, plus que jamais, il lui semble nécessaire que le Conseil Général soit particulièrement vigilant dans le contrôle du versement RSA par le département, et surtout d’agir avec détermination contre la fraude (représentant pour le Conseil Général du Gard, 550 000€ en 2008).

« Dans une situation économique difficile, la solidarité a plus que jamais besoin de s’exercer. Nous ne pouvons donc pas nous permettre de la laisser dévoyée par des tricheurs, certes très minoritaires, mais qui portent atteinte aux principes de solidarité républicaine, et dont les pratiques sont insupportables aux yeux de ceux qui travaillent honnêtement pour gagner leur vie. »

En conséquence de quoi, comme il l’avait déjà fait lors du vote du Budget départemental, Thierry PROCIDA, réitère sa demande à Damien ALARY de donner des consignes très strictes à son administration en matière de contrôle des prestations sociales versées par le Conseil Général.

08/10/2009

Fraudes au RMI: le coup de gueule de Thierry Procida

A l’occasion de la rentrée de la commission permanente du Conseil Général et pendant l’examen des nombreux rapports de la commission des finances et de l’administration générale, Thierry PROCIDA, Conseiller Général Nouveau Centre pour le Canton de Nîmes II, s’est vivement indigné d’une position du groupe communiste.

En cause, les indus de RMI, résultant de fraudes, une soixantaine, représentant près de 550 000€, que le département souhaite récupérer en se constituant partie civile suite aux dépôts de plainte effectués par le CAF. A l’heure du vote pour autoriser l’institution à ester en justice, le groupe communiste, arguant d’une possible dérive face aux contrôles qui permettent de mettre à jour ces fraudes, s’abstenait.

Thierry PROCIDA a vu rouge : « Cette attitude est intolérable. Comment écouter une majorité se lamentant sans cesse sur le sort des finances du département, et cautionner au sein même de cette majorité un groupe qui se positionne contre le fait de récupérer des crédits illégitimement versés à des fraudeurs ? »